Dual boot

Le dual boot signifie que vous avez installé au moins deux sytèmes d’exploitation sur votre ordinateur. En théorie, cela permet de choisir dans quel environnement (par exemple Linux ou Windows) vous voulez booter, c’est-à-dire démarrer une session de travail.

À ceux qui veulent utiliser Linux, je dis : allez-y franchement. Pas de demi-mesure, effacez définitivement Windows en formatant tout le disque dur.

Voici au moins trois bonnes raisons d’éviter le dual boot :

  1. Vous allez probablement rencontrer des problèmes de configuration. Des périphériques qui fonctionnent directement sous un système vont parfois demander d’effectuer quelques réglages pour fonctionner avec l’autre. Vous allez en avoir vite marre et vous n’allez bientôt plus utiliser qu’un seul des deux sytèmes parce que l’informatique c’est déjà assez compliqué, alors s’il faut chipoter : non.
  2. Une fois que vous avez choisi un système, vous n’avez pas accès aux applications et donc aux documents qui se trouvent dans l’autre, car ils se trouvent sur une partition du disque dur qui est formatée différement. Or, à un moment où à un autre, vous allez travailler sur un projet et vous rendre compte que vous avez besoin d’informations qui se trouvent uniquement dans l’autre environnement. Il faudra rebooter pour remettre la main dessus.
  3. Vous ne rendez-pas service à Linux et aux logiciels libres si vous n’exploitez pas à fond les ressources mises à votre disposition. Vous serez surpris de tout ce qu’on peut faire avec une installation pure open source. Il existe des outils pour faire face à la plupart des besoins, vous n’aurez probablement pas besoin d’une solution de secours. Si vous êtes toutefois obligé d’employer un software propriétaire pour effectuer une tâche bien spécifique, choisissez plutôt de l’installer sur une machine séparée.

Charpentier, ébéniste et menuisier

Qui fait quoi dans les métiers du bois ?

Le charpentier, on l’entend, fabrique des charpentes. Il est capable de tracer, tailler et assembler des ouvrages en bois souvent épais et lourds.

En 1382, en France, un arrêt royal ordonne qu’on distingue à l’avenir les menuisiers des charpentiers. Jusque-là les menuisiers (du mot minitarus qui signifie : ouvrier travaillant à de menus ouvrages) étaient confondus sous le terme général de Charpentiers avec le qualificatif de “Charpentier de la petite cognée”.

Le mot ébénisterie apparaît dans le dictionnaire de l’Académie en 1732 pour la première fois ; pour le différencier du terme menuiserie, car les artisans ébénistes, en plus des techniques de la menuiserie font appel à la marqueterie, au placage et à la tabletterie. Il est tiré du mot ébène, racine probablement nubienne (Égypte) ayant fait le tour de la Méditerranée par la Grèce puis Rome, et désignant le bois de l’ébénier, de couleur noire. C’est le travail de cette essence précieuse qui a donné le nom au métier chargé d’ouvrage « à caractère plus décoratif qu’utilitaire ».

Les meubles d’ébénistes peuvent être de style ancien ou de création contemporaine.

Tethering

Un smartphone fait du tethering quand il offre la possibilité à d’autres appareils de partager de son accès vers Internet. Ainsi un smartphone peut être employé comme passerelle de connexion pour surfer sur le web depuis un ordinateur portable. Cela peut se faire via un câble ou via une connexion sans fil (Wi-Fi ou bluetooth). Le smartphone se comporte alors comme un hotspot, avec la nécessité de le sécuriser.